Poursuite des travaux de la flèche de la cathédrale

Publié le : 
Mardi 22 septembre 2020 - 07h00
Thème d’actualité : 
travaux
quartiers

La flèche de la cathédrale poursuit sa rénovation. Jusqu'à la fin septembre 2020, une grue de 400 tonnes permet aux équipes d'élever la plateforme soutenant les échafaudages pour la 2e phase du chantier.

Il est difficile de la rater !

Arrivée jeudi 10 septembre 2020, place de la Cathédrale et installée le long de Notre-Dame, rue du Change jusqu'à la rue des Bonnetiers, la grue de 400 tonnes, qui s'élève à 120 mètres de hauteur, travaille d'arrache-pieds pour faire monter les poutres au-dessus de la plateforme actuelle située autour de la flèche.

Ces poutres soutiendront une nouvelle plateforme qui accueillera les échafaudages nécessaires au bon fonctionnement de la seconde phase de chantier de rénovation de la flèche de la cathédrale.

  • Corrosion de la flèche

Construite au XIXe siècle par l'architecte Alavoine et culminant à 151 mètres de hauteur, cette dernière est rongée par la corrosion qui met en péril sa structure. 

Débutés en 2018, les travaux de restauration consistent dans la dépollution des métaux, leur nettoyage, la rénovation ou le remplacement de certaines pièces en fonte, l’application d’un traitement anti-corrosion et la mise en peinture. 

La dépollution est l'une des phases les plus critiques de cette rénovation.

En effet, en 1914, du minium de plomb avait été déposé en couche protectrice sur la fonte la fonte pour en empêcher la corrosion.

C'est pour cette raison que le chantier est entièrement confiné, à l'image d'un chantier de désamiantage.

  • Début de la 2e phase à l'automne

Il s'agit de retirer des éléments en fonte pour les restaurer ou les remplacer, permettant ainsi aux équipes d'accéder à la structure pour en poursuivre le décapage. 

Ces éléments seront ensuite remontés pour être remis en place avant la mise en peinture de la flèche et de sa résille.    

A partir de novembre, on procèdera au déplombage, une fois les échafaudages remontés sur la nouvelle plateforme, installée à 85 mètres de hauteur. 

Cette opération sera suivie, dès janvier 2021, de l'intervention de l'entreprise Technival Industrie, située en Charente, qui travaille sur le métal, sur les pièces en fonte à démonter pour être restaurées ou directement remplacées par des neuves.

La restauration s'attaquera enfin au lanterneau, la partie haute de la flèche, puis à la partie centrale du tabouret situé à 151 mètres de hauteur.

  • Du vert et du brun

La mise en peinture pourra ensuite être réalisée.

Non polluantes, ces peintures pourront ensuite être reprises par endroit, au fil des ans, sans avoir besoin de recourir au décapage complet des métaux. 

A l'image du premier niveau de la flèche, dévoilée à l'issue de l'été, les Rouennais découvriront une flèche à deux couleurs. 

La première, brun, foncé, recouvrira l'acier-corten, venu renforcer la structure intérieure de la flèche à la fin des années 1970 pour augmenter sa résistance au vent. 

La seconde, vert-de-gris bleuté, recouvrira la partie originelle datant du XIXe siècle, à savoir la résille en fonte extérieure de la flèche.     

En toute fin de chantier, annoncée pour 2024, le coq et la croix qui culminent à 151 mètres de hauteur, partiront dans des ateliers parisiens pour être dorés à l'or fin. 

Financée par l’État sous la maîtrise d’œuvre de Richard Duplat, architecte en chef des monuments historiques, la restauration de la flèche s'élève à 13 millions d'euros.

Retourner en haut de page