Ouverture de la campagne des fauches tardives

Publié le : 
Mercredi 15 septembre 2021 - 07h00
Thème d’actualité : 
environnement
Une prairie sauvage sur le site du centre municipal Charlotte-Delbo témoigne des bienfaits de la pratique des fauches tardives : herbes hautes et fleurs pour des allures de coin de campagne
L’article que vous consultez est archivé !
Le sujet évoqué parle d’un événement ou d’une actualité passée.

Afin de préserver la biodiversité, la Ville a banni la tonte régulière sur la plupart de ses espaces publics et l'a remplacée par des fauches tardives. Lancées ce mercredi 15 septembre 2021, elles vont durer un mois et demi.

Au coeur du plan de renaturation de la ville ("Rouen Naturellement"), il y a la lutte contre l'érosion de la biodiversité. Pour restaurer, préserver, renforcer la biodiversité en milieu urbain, la Ville se sert d’un outil : la tonte différenciée. Une nouvelle approche de la gestion des espaces verts, plus respectueuse de l’environnement, en adéquation avec l'urgence climatique.

Avec la tonte différenciée, la Ville adapte ses pratiques d’entretien des pelouses : sur la majeure partie du territoire municipal, finie la tonte rase fréquente et systématique. A la place de cette coupe courte, synonyme d’uniformisation et d’appauvrissement du patrimoine naturel, la Ville réalise à partir de mi-septembre des fauches tardives, échelonnées sur une période d’un mois et demi.

Principe des fauches tardives : laisser le temps à la végétation d’accomplir son cycle complet avant de couper. Cela permet à une flore plus colorée et plus favorable aux insectes butineurs d’arriver à maturation. On développe ainsi des prairies sauvages, qui accueillent un cortège floral bien plus large que les pelouses rases.

L'aspect sauvage de ces zones prairiales en pleine expansion dans le paysage rouennais peut sembler anarchique et "pas propre". Alors que c’est délibéré, contrôlé et stratégique. Les herbes folles, amies de la flore et de la faune, n'indiquent pas des espaces négligés ou abandonnés mais traduisent la reconquête du sol de la cité par la nature. Il ne faut donc pas confondre prairie sauvage et friche.

Pour mieux comprendre la tonte différenciée, lire la page dédiée, où cette pratique est exposée

Crédit photo : © Philippe Lamy

Retourner en haut de page