Conseil municipal des enfants

bandeaucme.jpg

Le conseil municipal d’enfants (CME) est un lieu d’expression pour les élèves de CM1 et CM2 des écoles publiques et privées de la ville.

Son fonctionnement est encadré par des principes fondamentaux énoncés dans la Convention des droits de l’enfant de 1989, ratifiée par la France en 1990 (Rouen ville amie des enfants).

Parmi ces principes, on retrouve liberté de conscience et d’expression, le respect de la laïcité, ou la notion d’intérêt de l’enfant par exemple.

Il fonctionne selon le modèle du Conseil Municipal avec des élections, des travaux en groupe de travail, des représentations en séances plénières et des votes.

Objectifs

L’objectif éducatif du CME pour les enfants est double :

  • Permettre un apprentissage de la citoyenneté adapté à leur âge, qui passe notamment par la découverte des processus démocratiques (le vote, le débat contradictoire, les élections, l’intérêt général face aux intérêts particuliers, etc.)
  • Favoriser la gestion de projets par les enfants eux-mêmes, accompagnés par l’ensemble de la communauté éducative

A l’image d’un Conseil Municipal d’adultes, les jeunes élus doivent réfléchir, discuter, décider puis mener à bien des actions dans l’intérêt de toute la population, devenant ainsi des acteurs de la vie de la cité, dans le cadre des principes des valeurs républicaines.

Dans son fonctionnement, le CME se veut ludique et convivial pour les jeunes élus, tout en y associant leurs parents et les référents (enseignants et/ou animateurs).


Fonctionnement

Chaque année en octobre, des élections sont organisées dans les écoles publiques et privées volontaires de la Ville.

Les enfants qui souhaitent se présenter remplissent un dossier de candidature. Une fois la candidature validée par l'encadrement scolaire, les candidats peuvent faire campagne auprès de leurs camarades et préparer leur profession de foi. 

A l’issue de la campagne, les élèves de CM1 élisent leurs conseillers, sous la forme d’un binôme garçon/fille, pour un mandat de 2 années scolaires.

Chaque enfant élu peut proposer un ou plusieurs projets, qu’il présente à ses camarades lors de la séance plénière d’introduction en novembre. Quatre projets sont sélectionnés par le conseil.

Des groupes de travail sont ensuite constitués pour travailler tout au long de l’année sur ces projets certains mercredis de 17h à 18h30.

Plusieurs instances de travail ont lieu au cours de l’année :

  • Deux séances plénières ouvertes au public : une d’introduction (présentation des nouveaux CM1 et choix des projets) et une de clôture
  • Des réunions de travail autour de chaque projet
  • Des séances plénières d’étape pour rendre compte à tous les jeunes élus de l’avancement des projets
  • Des sorties, des rencontres
  • Les commémorations pendant lesquelles les jeunes élus peuvent accompagner le Maire

Les projets sont travaillés le mercredi de 17h à 18h30, selon un calendrier établi à l’issue de la sélection des 4 projets, au moment de la séance plénière d’introduction.

Les échanges sont encadrés par 2 animateurs et un service civique qui accompagnent les enfants dans leurs projets, les aident à les exprimer et les mettre en œuvre, et à faire le lien avec leurs camarades d’école. Les jeunes élus peuvent également bénéficier de la présence d’intervenants spécifiques, retenus en fonction des projets.

Election

4 enfants par école sont élus et renouvelés par moitié tous les ans.

Pour être élus, les enfants doivent :

  • Etre scolarisés dans une école de la Ville de Rouen
  • Avoir l’autorisation de leurs parents
  • Présenter un dossier de candidature
  • Faire campagne dans leur école

Afin de respecter la parité, chaque école participante doit avoir un représentant fille et garçon.

Les élections et le fonctionnement du Conseil Municpale des Enfants est régi par le Code électoral du CME en téléchargement ci-dessous.

Télécharger le Code électoral du CME - Fichier PDF (131 Ko)

A l'issue de l'élection, les parents doivent finaliser la participation de leur enfant au CME en remplissant le formulaire en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous.

Inscrire mon enfant au CME suite à l'élection


L'année 2019-2020 du CME

Les projets du CME

Quatre groupes de travail ont été formés par les élus du CME. Ils vont travailler tout au long de l'année sur les thématiques suivantes.

Handicaps & Chiens

Dans ce groupe, les enfants ont commencé à définir les termes importants de leur projet "Handicaps et Chiens". Ils ont pu différencier les types de handicaps (physiques/sensoriels ou mentaux), leurs origines (transmission génétique ou conséquence d'accident) ou encore leur durée (temporaire ou permanent). Ils ont ainsi pu déduire qu’une personne ayant un quelconque handicap avait besoin d’aide pour améliorer sa vie au quotidien, comme par exemple d’un chien. Doté de sens développés, le chien dressé et entraîné à ressentir les dangers est une des meilleures aides dont une personne handicapée pourrait avoir besoin.

Les enfants ont monté un projet sur le thème "Handicaps & Chiens" autour d'un concours de dessin dans les écoles des jeunes élus du groupe, du CP au CM2. Les douze meilleurs dessins seront sélectionnés et imprimés sur un calendrier qui sera mis en vente directement sur l’école de Normandie des Chiens Guide d’Aveugles et sur un stand que l’association occupera pour leur profit accompagnée des jeunes élus lors de La Rue aux Enfants le 6 Mai 2020.

En séance du 29 janvier 2020, les enfants ont reçu la visite de l’école de Normandie Chiens Guides d’Aveugles de Honguemare-Guenouville, accompagnée de Jean-Pierre Benesville, non-voyant, et de Fiesta sa chienne guide, un labrador de 10 ans. Une belle rencontre qui a permis d’apprendre de nombreuses choses aux jeunes élus mais également aux animateurs sur les chiens guides et sur le travail de l’association.

A l'issue de ce groupe de travail, une série de jeux autour la thématique a été imaginée par les membres du CME. Il est possible de télécharger ces jeux en cliquant sur le lien ci-dessous.

Télécharger les jeux - Fichier PDF (1,3 Mo)

Le travail sur cette thématique a également amené les membres à créer un calendrier 2021 composé de dessins. Ce calendrier est à retrouver en téléchargement en cliquant sur le lien ci-dessous.

Télécharger le calendrier - Fichier PDF (5,8 Mo)

Protéger les animaux

Pour le projet "Protéger les animaux", les enfants ont défini ce qu’ils entendaient derrière cette notion. Un animal peut être aussi bien domestique que sauvage, doté d’une sensibilité à ressentir les choses comme les humains. Ils ne sont plus considérés comme un objet depuis la loi de 2015 qui modifie le Code Civil, et ne partagent pas non plus de caractéristiques communes avec un végétal. Sur la notion de protection, les enfants ont ensuite fait le lien avec les nombreux animaux en voie de disparition, les animaux maltraités et abandonnés.

Ils ont réussi à dégager qu’il y avait souvent un comportement humain inadapté face aux animaux (faune détruite par la souffrance, la maltraitance ou encore la pollution) et qu’il était souvent question d’argent : braconnage, les élever pour les vendre et les manger, pêche. Ils ont également compris que les animaux étaient essentiels à nos modes de vie aujourd’hui (nourriture, activités touristiques comme les zoos et les safaris etc).

Les enfants ont voté pour deux projets qu’ils souhaitent mettre en œuvre cette année : la protection des animaux de la forêt et la création d’un objet de sensibilisation.

Pour la protection des animaux de la forêt, les animateurs du CME accompagneront les jeunes élus à un rallye organisé à la Maison des Forêts situé à Saint-Etienne du Rouvray. Les enfants y aborderont la question de la grande faune forestière, des amphibiens et de la petite faune du sol, et réfléchiront aux dangers qui les menacent et des solutions possibles pour éviter la disparition de cette faune sauvage.

Pour le deuxième projet, les enfants réaliseront un objet de sensibilisation (de type magnet ou marque page) avec des conseils afin de mieux consommer au quotidien, des gestes simples à réaliser et qui à long terme contribueront à aider la protection de la faune animale.

Lors de la Rue aux Enfants le 6 mai, un Escape Game sur la biodiversité locale et la faune de la forêt sera organisé. Il sera ouvert à tout public.

Le projet concernant l’instauration de ruches dans la ville et dans les écoles de Rouen afin de protéger les abeilles n’a finalement pas été retenu. Pour cause, de nombreuses autorisations auraient été nécessaires et les écoles contiennent un public dit trop sensible pour accueillir des ruches en leur sein. De plus, l’élevage des abeilles domestiques (abeilles élevées dans les ruches domestiques) modifie l‘écosystème au détriment des abeilles sauvages ce qui participe à leur extinction.

A l'issue de ce groupe de travail, des cartes postales ont été réalisées sur ce sujet. Elles comportent des slogans imaginés par les membres du CME, des écoles et centres de loisirs partenaires.

Télécharger les cartes postales - Fichier PDF (102 Ko)

Anti-Harcèlement

Pour ce projet "Anti-Harcèlement", les enfants ont cité les trois grands types de harcèlement qu’une personne pouvait rencontrer au cours de sa vie : le harcèlement physique, moral et enfin le cyber-harcèlement (prolongation du harcèlement sur les réseaux sociaux et sur les outils numériques). Ils ont défini le harcèlement comme étant un acharnement et la répétition de faits violents sur une seule personne en particulier. Les enfants ont ensuitecité les trois grands acteurs du harcèlement : la victime, le coupable et enfin le témoin.

Ils ont essayé de rentrer dans la tête d’un harceleur pour comprendre pourquoi ce dernier fait subir aux autres des actes violents et répétés. Certains en ont déduit qu’un harceleur pouvait être aussi bien une victime, et qu’il se défoulait sur plus faible que lui pour extérioriser sa colère.

La première thématique abordée avec l’un des groupes a été "Le cyber-harcèlement". Les enfants ont approuvé le fait qu’aujourd’hui, la majorité des élèves dans les écoles avaient au moins un réseau social. Les enfants voient en ces réseaux un moyen efficace pour se détendre après l’école et pour voir la famille lointaine. Globalement, ils sont conscients des problèmes que ces réseaux peuvent générer.  

La deuxième thématique abordée avec un autre petit groupe a été "Le harcèlement physique, psychologique (moral), verbal". Les enfants ont d’abord défini comment un harcèlement moral se manifestait avant de définir le harcèlement physique. D’après eux ces types d’agressions se produisent généralement pendant les récréations, dès que les adultes ont le dos tourné mais aussi à l’extérieur de l’école. Ils savent que cela peut avoir des conséquences parfois irréversibles sur les victimes de harcèlement.  

Enfin, le dernier groupe a discuté sur le thème "En parler". En parler reste la chose la plus "difficile" à faire en cas de harcèlement. Les enfants ont expliqué que bien souvent, ils avaient des réticences à prévenir un adulte par peur d’éventuelles représailles de la part des harceleurs. De plus, ils craignent que les adultes banalisent les faits rapportés en les qualifiant de "simples chamailleries".

Avec l’aide de Thomas Rollin, comédien rouennais, les enfants travaille avec de jeunes collégiens sur la thématique du harcèlement avec sa pièce "Le monde se portera mieux sans toi".

Lors des prochaines séances, les enfants seront amenés à jouer des petites scénettes à base de témoignages recueillis par les enfants, et seront filmés. Le court métrage sera ensuite envoyé aux écoles de Rouen dans le but d’en faire un objet de prévention auprès des élèves.

Partenaires de la réalisation du film : Direction de la Communication et des Relations Publiques de la Ville de Rouen (Prises de vue), Thomas Rollin du Safran Collectif (Mise en scène), Ecole Bachelet (Lieu de tournage).

Aider les personnes agées

Pour la première séance, les enfants ont travaillé sur la définition de l'aide aux personnes âgées. Pour eux, une personne âgée est une personne se situant dans une tranche d’âge particulière qui correspondrait à peu près à 75 ans jusqu’à la fin de vie. Souvent caractérisée par des rides, des cheveux blancs et un dos courbé, le personne âgée est vue également doté d'une grande sagesse et d'une expérience acquise tout au long de sa vie. Une personne âgée est souvent synonyme de corps usé, de problème de santé et de handicap.

Les enfants ont ensuite fait le lien entre la personne âgée et le terme "aider". Pour certaines, elles ont souvent besoin de secours. Pour les aider, on peut leur rendre des services, répondre à ses besoins, participer et partager avec eux des moments qu’ils ne peuvent plus avoir quand ils sont tous seuls.

Ce projet intergénérationnel se déroulera en deux temps.

  • Les enfants souhaitent dans un premier temps aller dans un établissement pour personnes âgées et échanger avec eux pour leur montrer qu’elles ne sont pas oubliées. Les jeunes élus rapporteront chacun un livre, une musique, un jeu vidéo ou encore un film et vice versa pour les personnes âgées et tous ensemble ils partageront leurs souvenirs, leurs passions et leurs loisirs. Ce temps sera possiblement accompagné d’un goûter. Les enfants voudraient également se balader avec eux et participer à la décoration de leur lieu de vie en leur dessinant des fresques ou faisant de la poterie.
  • Les enfants doivent également trouver une action à faire dans les écoles afin de sensibiliser leurs amis sur les préjugées des personnes âgées. Ils ont pensé à de nombreuses idées comme par exemple proposer de faire une vidéo sous forme de documentaire portant sur la vieillesse ou encore proposer à des personne âgées de venir à l’école pour jouer à un jeu en classe ou discuter avec eux.

Partenaires autour du projet : Service personnes âgées de la Ville de Rouen, Résidence Autonomie Rose des Sables.

Perturbé par la sitution sanitaire, ce projet s'est traduit par des lettres rédigées par les enfants à destination de personnes âgées de la résidence Rose des sables de Rouen.

Télécharger les lettres - Fichier PDF (1,8 Mo)

Egalité fille/garçon

Depuis début novembre, le groupe "Egalité fille/garçon" se réunit chaque semaine pour débattre de ses expériences d’inégalité. Les quatre premières séances ont été dédiées à la discussion afin que les enfants puissent exposer leurs points de vue, leurs expériences et apprendre les uns des autres. Ils ont ainsi listé les points qui leur semblaient importants de développer pour améliorer l’égalité entre filles et garçons dans le quotidien.

  • La cour de récréation : La majorité des filles ont rapporté qu’elles se sentaient exclues des principales activités durant la récréation comme le football. Les filles dénoncent les remarques sexistes qu’elles entendent quand elles demandent de jouer avec les garçons et se plaignent d’être souvent rejetées sur le terrain car elles ne sont pas considérées comme "aussi fortes" qu’eux. Ainsi les filles militent pour un partage plus équitable de la cour, pour plus de matchs mixtes et encadrés par un/e animateur/trice.
  • La gestion des émotions : Les jeunes élus ont décelé que les garçons avaient en général plus de difficultés à gérer leurs émotions que les filles, sûrement à cause du poids des habitudes et des préjugés (en France, un garçon est perçu comme étant fort et agité et une fille comme étant calme et émotionnelle). Pour changer cela, les enfants proposent comme solution des ateliers de yoga pour apprendre aux garçons à se détendre ou des cours pour apprendre à connaître et canaliser leurs émotions.
  • Les inégalités de salaires entre hommes et femmes à l’âge adulte : Les enfants ont tenté à travers des ressources en ligne d’en comprendre les causes. Là encore, cette inégalité vient essentiellement des préjugés de genre : les femmes sont généralement perçues comme étant moins compétentes que les hommes et de ce fait, elles devraient gagner moins d’argent. De plus, les enfants ont rattaché ces causes aux préjugés des émotions : une femme n’ose généralement pas demander une augmentation de salaire car il y a un manque de confiance en soi et un tempérament "trop calme".
  • Les agressions (physiques et sexuelles) des hommes envers les femmes : Même si les enfants sont conscients de la chose, ils ne savent pas vraiment se l’expliquer et n’en comprennent pas les causes. Un des jeunes élus a affirmé que certaines filles de son école se faisaient embêter par des garçons car ils savent qu’elles ne vont pas se défendre. A ce jour, ce sujet reste à approfondir.

Le projet qui a été mis en place par les enfants est un mini journal vidéo se nommant "Egaux" et dans lequel ils vont chaque semaine faire un épisode pour parler d’un préjugé de genre en particulier. Le premier épisode a été tourné le 15 janvier 2020. Le journal sera envoyé aux écoles afin que ces dernières le présente aux élèves.

Le résultat de ce travail est la création d'un web-magazine intitulé "Egaux". Composé de vidéos et d'articles, il est à découvrir sur le site Internet de la Boîte à médias qui a accompagné les enfants dans la réalisation.

Retour sur les séances plénières

Mercredi 6 novembre 2019

Les 88 enfants, venus de 28 écoles différentes, du Conseil Municipal des Enfants se sont réunis le  mercredi 6 novembre 2019 pour le ur première séance plénière.

Lors de cette séance, 5 projets, proposés par les élus issus des classes de CM1, ont été retenus. Ils seront déclinés en différentes actions tout au long de l'année. Les projets sont les suivants : 

  • Handicaps et chiens
  • Protéger les animaux
  • Lutter contre le harcèlement à l’école
  • Aider les personnes âgées isolées
  • Egalité filles/garçons

Un temps d'échange avec Yvon Robert, Maire de Rouen, a ensuite eu lieu avec les élus issus des classes de CM2.


Les projets réalisés

Retourner en haut de page